De grands chefs pour de grands hommes

Portrait de deux chefs légendaires :

Antoine Parmentier :

Antoine Parmentier est un pharmacien de renom qui a changé le monde culinaire. Connu pour son hachis éponyme, il est aussi celui qui a lancé la culture de pommes de terre à but culinaire. En effet, avant le 18e siècle, de nombreuses légendes tournaient autour de la pomme de terre : celle-ci donnait la fièvre, était vénéneuse, et qu’elle causait des épidémies. C’est pourquoi on ne l’utilisait que pour l’engraissement des animaux. Mais Parmentier, pharmacien de profession, publie dans un essai intitulé : « Examen chimique des pommes de terre, dans lequel on traite des parties constituantes du froment et du riz » que la pomme de terre n’est en aucun cas nocive à l’homme. Il fera alors l’éloge de la pomme de terre en organisant des diners avec pour hôte Benjamin Franklin, ou Lavoisier. Ce dernier dira de Parmentier qu’il est « l’inventeur de la pomme de terre ».

 Antonin Carême :

Reconnu comme « le roi des chefs et le chefs des rois », le cuisinier Carême est le premier à recevoir la dénomination de « grand chef ». Spécialisé en pâtisserie, il confectionnera des desserts pour la table de Napoléon, Alexandre Ie (Tsar de Russie) François Ie (empereur d’Autriche), George IV (futur roi d’Angleterre) et James de Rothschild.

Le défi de l’empereur :

Napoléon est reconnu pour son indifférence à la nourriture, il avait cependant compris que celle-ci pouvait jouer un rôle majeur dans la diplomatie. En effet, il fallait montrer aux dirigeants étrangers la suprématie de la France tant sur un point culinaire que militaire. Napoléon charge alors le diplomate Talleyrand de faire du château de Valençay un domaine diplomatique. Ce dernier charge Antonin Carême de concocter un menu différent pour chaque jour de l’année. Le cuisinier relève le défi et le passera haut la main.

Le Morse.

Un chef français en Russie ! 

S’asseoir tue !

2 Commentaires

Classé dans Histoire

2 réponses à “De grands chefs pour de grands hommes

  1. Pingback: S’asseoir tue. | Red Kremlin

  2. Pingback: Un cordon bleu sur la place rouge | Red Kremlin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s