Toute la musique qu’on aime 1 : Un autiste nommé « Pink »

Londres sous acide dans les années soixante, un jeune gamin avec la permanente d’Hendrix décide de former un groupe. Ce groupe, il va le nommer Pink Floyd – en hommage à deux bluesmen : Floyd Council et Pink Anderson. Contrairement à la légende, le nom du groupe ne signifie pas « flamand rose », tout d’abord pour des raisons de traduction – « Floyd » ne se traduit pas par flamand – ensuite parce que c’est nul.

Le jeune gamin avec les cheveux bouclés – répondant au nom de Syd Barrett – écrit et compose la majorité des titres du premier album de Pink Floyd : The Piper At The Gates Of Dawn. Pour ces Londoniens, c’est le grand décollage : ils incarnent le psychédélisme des années 1966-1970. Cependant, Syd ne va pas bien, mentalement faible à la base, la consommation de drogues dures ne lui réussit pas : il sombre dans une terrible folie. Cette folie alimentera l’inspiration des autres membres du groupe – Roger Waters notamment. Totalement dingue, Syd est remercié du groupe et est remplacé par un vieux pote : David Gilmour.

La disparition de Barrett va changer totalement la musique de Pink Floyd. En effet, le groupe se cherche, ils ne savent plus que faire : l’ère psychédélique touche à sa fin et il faut se recycler. Mais que faire ? Les albums dits de « transition » ne seront pas les plus beaux et les membres du groupe sont encore perdus entre l’image de Barrett et le nouveau son de Gilmour. Il faudra attendre Atom Heart Mother et Meddle pour que la chenille « Pink Floyd » ne devienne papillon.

C’est en forgeant qu’on devient forgeron ! Et c’est en faisant de la musique que l’on devient musicien. Les trois auteurs-compositeurs du groupe sont en parfaite harmonie : Roger Waters écrit des textes sur la société, David Gilmour compose des chefs-d’œuvre en partenariat avec Ric Wright et le train est en marche. La machine de guerre est impossible à arrêter, et c’est de cette symbiose entre les musiciens que va éclore le magnifique : The Dark Side Of The Moon en 1973, où le son de Pink Floyd devient alors international.

La nostalgie des années soixante et de leur vieux pote Syd va donner naissance à un nouveau projet : Wish You Were Here, qui sortira en 1975. Il est difficile de faire mieux que l’album précédent, voilà pourquoi ce dernier opus continue dans la lignée. Ils sont sur le droit chemin, cependant, Wish You Were Here a tendance à se répéter : c’est le précurseur des œuvres à concept, avec le magnifique morceau Shine On You Crazy Diamond (qui n’est d’autre qu’un acronyme de S.Y.D.)

Mais petit à petit le train déraille, Roger Waters s’accapare les œuvres du groupe et s’impose de plus en plus chef des cérémonies, ce qui agace les autres. Le bassiste ne veut composer que des œuvres à concepts. Et de cette volonté va sortir le gargantuesque : The Wall, récit où le protagoniste – Pink – livre toutes ses angoisses et ses maux dans un double album. The Wall sera aussi le début d’une réelle séparation entre les deux leaders du groupe : Gilmour et Waters.

Il fallait s’en douter, la suite n’allait pas être aussi glorieuse que les années précédentes. Le petit frère de The Wall – The Final Cut – est fort décrié et ressemble trop à son prédécesseur. Pour le bassiste, c’est la cloche de la division qui sonne : il quitte le groupe. La suite est connue, deux albums sortent : A Momentary Lapse Of Reason – en 1987 – et The Division Bell – en 1994. Le bassiste ne réintégrera le groupe que pour un concert en 2005. La mort de Barrett en 2006 et de Wright en 2008 fera tomber à l’eau la possible réunification d’un groupe légendaire.

Le Morse

Toute la musique qu’on aime 2 : Le colobide royal

1 commentaire

Classé dans Musique, Toute la musique qu'on aime

Une réponse à “Toute la musique qu’on aime 1 : Un autiste nommé « Pink »

  1. Pingback: Toute la musique qu’on aime 2 : Le colobide royal | Red Kremlin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s