Halal : une tirelire aux oeufs d’or

Il faudrait être un réel ermite pour ne pas voir l’impact du halal dans notre société : restaurants, boucheries, plats préparés, bonbons, … tout est maintenant arrangé à la sauce halal. « Ce marché a réellement explosé il y a deux ans » explique Farid, chef d’entreprise qui a su profiter du boom halal. Il y a deux ans, Farid devait démarcher lui-même les grandes surfaces pour pouvoir vendre ses produits en tous genres. Or, aujourd’hui, il peut profiter aisément de cette poule aux œufs d’or et manger son pain blanc.

En effet, la Belgique compte une moyenne de 500.000 musulmans, des personnes qui – maintenant – peuvent acheter plus librement la nourriture permise par leur culte. Grâce à ça, les familles musulmanes peuvent consacrer une plus grosse partie de leur budget à l’alimentaire. Mais aujourd’hui, le halal se décline en réel produit économique : bière halal, mousseux halal, foie gras halal, on a même aperçu un crayon halal !

Paradoxalement, le boom économique halal n’est pas fièrement présenté dans les grandes surfaces. En effet, il suffit de murmurer le mot en « H » – tant apprécié par les musulmans – pour effrayer toute la population non musulmane. « Ça choque tout le monde […] Mentalement, les gens ne sont pas prêts » explique Bruno Bernard, sociologue. Cependant, les grandes surfaces ne peuvent avoir plusieurs circuits de commercialisation. De ce fait, il est fort probable que la viande achetée comme non halal soit halal ! Cette démarche quelques peux frauduleuse choque l’opinion publique, ce qui explique son opacité. On se rappelle tous du scandale du Quick qui ne vendait que des produits à viande halal. « Une enquête menée par les directions départementales des services vétérinaires de Basse et Haute-Normandie conclut qu’une part significative de bêtes abattues selon un rituel religieux entre dans le circuit classique de commercialisation, sans mention particulière » explique Le Figaro. L’abattage halal est fort semblable à l’abattage conventionnel, ce qui explique ce mélange dans nos rayons de supermarchés. Contrairement à la nourriture bio, les produits « halal » manquent de certification. Il est donc possible de manger halal sans pour autant que la viande soit abattue dans les règles de la discipline.

La nourriture halal est vivement critiquée par les partis d’extrême droite, ils voient dans ce procédé une manière « de verser une taxe aux organismes islamiques de certification » (Marine Le Pen). Ce qui choque la communauté musulmane.

Excusez-moi, mais c’est quoi le halal ?

La religion musulmane prohibe la consommation d’alcool, de porc, … Il faut donc que le produit halal respecte toutes les lois édictées par le culte. On appelle ça un produit « licite ». Pour recevoir la qualification de « licite », un imam contrôle toute la chaine de production dans les moindres détails (de l’emballage au transport en passant par les ingrédients), car pour rester un produit « licite », il ne doit pas être mis en relation avec un produit « illicite » ni bafouer les règles de la religion.

Selon l’encyclopédie Wikipédia.org, voici les trois règles d’or pour qu’une viande soit reconnue comme « halal » :

  • il faut que l’animal soit égorgé vivant sans être préalablement étourdi,
  • il faut qu’il ait la tête tournée vers La Mecque pour qu’il se vide de son sang
  • il faut qu’un musulman lui coupe la carotide et les jugulaires, tout en prononçant des paroles sacrées.

Ce juteux marché est plus économique que culturel, et aujourd’hui, si l’on pouvait faire du porc halal, on le ferait. La religion prend de plus en plus de place dans la vie de tous les jours, ce qui est dû au large repli identitaire des musulmans, grandement influencés par le 11 septembre. Or, mélanger chaine de production halal et non halal est une incivilité envers le peuple musulman, et le peuple laïc. Encore preuve d’un État non séparé du dogme de certains cultes (on l’avait vu avec la protection légale qu’avaient les curés concernant la pédophilie). Nb : depuis la première croisade – en 1096 – et la crucifixion de Jésus-Christ, les religions ne cessent de faire couler le sang des fidèles pour établir une notoriété et surtout : l’existence d’un Dieu unique.

Liens sur le sujet :

Explication des produits halal et haram

Le scandale concernant les hamburgers halal (Le Figaro)

Les mots de Marine Le Pen concernant le scandale 

La lubie du crayon halal 

De la viande halal vendue comme non halal (Le Figaro) 

Version « web » du papier « halal, juteux mais discret » de Mélanie Geelkens (Le Soir) 

Liens sur le blog :

Les mots de Marine Le Pen concernant l’affaire Breivik 

Sondage sur Marine Le Pen et son père – Jean-Marie 

L’histoire du fascisme [Illustrée] 

Le Morse.

2 Commentaires

Classé dans Monde, Religion, Société

2 réponses à “Halal : une tirelire aux oeufs d’or

  1. Pingback: Marine Le Pen sur les mots de son père | Red Kremlin

  2. Pingback: Le Ramadan : c’est fini ! | Red Kremlin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s