C’est la justice qui a enfanté Nordine !

Il n’est pas nécessaire de rappeler les faits de ce mardi dernier ; une poignée de morts, une petite centaine de blessés et une cité choquée des faits. Une ville choquée, qui n’arrive pas à se remettre de ce drame qui fit couler du sang sur le sol encore festif de la cité ardente. Alors que certains se recueillent sur le lieu du massacre, d’autres pointent du doigt les grandes institutions.

Tout d’abord, je tire ma révérence et adresse mes sincères condoléances aux familles et proches des victimes[1] – rien qu’à eux.

Nordine Amrani était sous liberté conditionnelle lors des faits : il avait l’angoisse de retourner en prison. C’est vrai, lorsqu’on a peur, il est très souvent coutume de sortir avec un FN FAL, une grenade et une demi-douzaine de recharges pour tirer sur une foule innocente. Mais notre cher Nordine était faible, il avait peur de retourner en prison, il avait peur de toucher à nouveau à l’enfer de l’incarcération et de la captivité.

Pour élucider l’entière énigme de ce fait social, il serait raisonnable de rappeler le lourd passé de l’assassin : vente de stupéfiants, détention d’armes, recel et de nombreuses affaires de mœurs. Nordine était un grand ami des juges, ceux-ci prenaient d’ailleurs un malin plaisir à le remettre en détention après chaque récidive. Sauf qu’un jour, Nordine eut marre de retourner entre les quatre murs de l’incarcération, il savait pertinemment bien qu’il ne changerait pas, et que la prison ne le changerait pas. Il prit son destin en main, son FAL aussi, et commit l’irréparable.

Alors que les fascistes prônent l’insécurité et sa pseudo-race, d’autres divaguent dans des débats pacifiques, criant aux stéréotypes et aux injustices, insultant les adversaires de racistes. Ô insulte suprême de la société moderne. Quant à la justice occidentale, elle crie au fait isolé. Mais il existe dans les prisons des centaines de milliers de Nordine – tous prêts à commettre l’irréparable. Tous frustrés d’un système qui ne veut pas les changer mais les cacher : les isoler.

Il faut savoir que l’Homme est bon, il ne nait pas criminel mais le devient. Nordine n’est que le prophète d’un fait social avéré : la justice inutile et totalitaire. Aujourd’hui, ce sont des poignées d’hommes bardés de diplômes qui se permettent de juger un semblable. La justice ne fait que d’assurer la transition entre la liberté et la détention : elle détruit une vie en un claquement de doigts. Après son jugement, le prisonnier n’a rien d’autre qu’à attendre, attendre, et encore attendre dans un ennui infini. Certes, la prison est peut-être dotée d’un luxe que les geôles de l’Ancien Régime n’avaient pas, mais la privation de liberté est identique – et fait autant de ravages. Ce qu’il faut, ce n’est pas une prison aliénante où la haine n’est que conservée voir augmentée. Non ! Ce qu’il faut, c’est un encadrement ! Il ne faut pas enfermer les hommes qui s’écartent des règles, mais il faut justement les ouvrir à la société. Soigner les malades, ouvrir les prisonniers, faire changer le sujet pour qu’il redevienne vertueux et bon comme à sa naissance.

Les prisons ne sont pas la solution, regardez ce qu’il s’est passé Mardi ! Les prisons sont bonnes pour les fascismes ! Et moi, qui vous regarde du haut de ma colline, je rigole de vous voir crier à l’insécurité et à la pseudo-race de Nordine. Je ris à pleurer, d’ici, je me dis que vous n’avez encore rien compris à la société : continuez à enfermer vos frères et à renforcer leur haine envers la société, vous avez raison. Mais alors, continuez aussi à enterrer vos enfants.


[1] Rien qu’à eux, je ne parle pas des hypocrites qui profitent du moment pour se montrer par pure démagogie.

Poster un commentaire

Classé dans Monde, Personnel, Politique, Société

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s