Pourquoi j’aime et défends Israël ?

Il n’est pas nécessaire de rappeler que je ne fais malheureusement pas partie du Peuple élu. Cependant, mon amour pour cette culture et ce Peuple m’ont fait découvrir des facettes intéressantes dans leurs comportements. D’un point de vue extérieur, le Juif parait rustre et renfermé sur lui-même. En effet, le judaïsme est l’une des seules religions à refuser la publicité de leurs croyances : ils privilégient le lien sanguin plutôt que le lien de foi. D’où la grande difficulté de se convertir. De plus, le judaïsme est de toutes les minorités la plus représentée dans le monde. Ceci est encore dû à leurs croyances et leur histoire. Les Juifs doivent vivre l’exil avant de retourner au pays de Canaan (Israël). Pour ma part, la religion judaïque m’a séduite en un sens où – malgré son repli sur elle-même – prône la liberté de l’esprit. Premièrement, les juifs n’ont pas la crainte d’une damnation éternelle : ils ne façonnent pas leur dogme sur une angoisse perpétuelle. Deuxièmement, les Juifs recommandent l’étude poussée de livres, la réussite scolaire et l’intellect. Ils ne sont pas enfermés dans un dogme fermé et intrépide : ils ont le pouvoir de le changer, ils peuvent presque discuter la parole divine. Enfin, le rôle de la femme n’est pas aussi effacé que dans les autres religions. Tout d’abord, c’est la mère qui donne la croyance à son fils, ensuite, D.ieu (dans l’Ancien Testament) demande à Abraham de toujours écouter sa femme, Sarah.

Maintenant, le problème n’est pas la religion, mais les dérives qu’il y a eu. En effet, le Juif vit dans l’angoisse de l’autre. Depuis toujours, l’antisémitisme a poussé le Juif à se renfermer sur lui-même. Je ne vais pas réexpliquer les nombreuses raisons de cet antisémitisme, mais cette haine antisémite explique bien des choses dans le comportement des Juifs contemporains.

Ce n’est qu’à la libération d’Auschwitz que les grandes puissances internationales écoutèrent enfin les demandes d’un groupe politique puissant : les sionistes. Les sionistes réclamaient un pays « juif » pour mettre fin à l’exil du Peuple hébreu. Alors, il faut tout d’abord faire l’impasse entre ce que j’appellerai sionistes de premier ordre et sionistes de second ordre. Le sioniste de premier ordre réclame un pays pour les Juifs, il est démocratique et n’aspire qu’à la paix : ce sont – en majeure partie – les sionistes ayant vécu et précédés la guerre. Ensuite, le sioniste de second ordre est un réel extrémiste : il n’aspire qu’à la provocation, la haine de ses voisins arabes et la guerre. Le sioniste de second ordre défend les horreurs de son pays par des arguments dénués de sens. Pour lui, la Shoah justifie toutes les actions d’Israël. C’est le syndrome de Caliméro : « On a vécu du mal, c’est trop injuste, alors on en fait, mais c’est pas la même chose ! ».

Pour ma part, je me reconnais en sioniste de premier ordre. Je n’aspire qu’à la paix au Moyen-Orient et je pense que si les Juifs ont pu avoir leur terre, les Palestiniens aussi. Malheureusement, l’Opinion publique voit en tous les Juifs d’Israël des sionistes de second ordre. Et au fond, cela s’explique assez facilement.

La relation que le Peuple juif a avec Israël est totalement démesurée. Depuis plus de deux-mille ans, les Juifs étudient leurs écrits et se promettent – le jour de Pâques – qu’ils seront l’an prochain à Jérusalem. Et après toutes les souffrances que ce Peuple a endurées, il est normal de créer un fantasme irrationnel envers cette terre. Ceci leur est totalement naturel, mais inexplicable. Dans l’Histoire, jamais aucun Peuple n’a manifesté un tel engouement pour une terre (qui n’est même pas spécialement riche…). Pour situer le lecteur, je pense que si l’on avait promis une terre au Peuple noir (seconde grande victime de l’être humain) depuis le début des temps, la relation entre cette hypothétique terre et le Peuple noir aurait été semblable à la relation que les Juifs ont avec Israël.

Et donc, la relation complètement démesurée que les Juifs ont avec Israël peut expliquer la montée du sionisme de second ordre. Les Juifs ont peur ; ils ont peur de voir leur terre promise partir en fumée à cause des nombreuses guerres qui la déchire. Résultat : ils s’enferment derrière l’étoile de David et justifient tout ce que fait Israël. De ce fait, les dirigeants israéliens (souvent intégristes) se permettent tout et n’importe quoi. Cette peur se manifeste non seulement en politique mais aussi au sein de la vie religieuse. En effet, la montée du judaïsme orthodoxe est extrêmement forte en ce début de vingt-et-unième siècle. Ces Juifs totalement intégristes (que l’on connait tous grâce au film « Rabbi Jacob ») prônent un retour aux règles fondamentales de leur religion. À cause d’eux, il n’est pas difficile de voir, dans certains quartiers d’Israël, des bus où les femmes ne peuvent s’asseoir devant. Parfois, elles ne peuvent même pas se vêtir de pantalons… Même si l’intégrisme religieux est à la mode ces temps-ci, je ne reconnais pas comme « Juifs » ces intégristes qui non seulement font l’apologie des horreurs qu’Israël peut faire, mais radicalisent ce qui est, en mon sens, la religion la plus ouverte. Le judaïsme est une religion qui prône l’ouverture et non le repli sur soi !

Pour ma part, oui j’aime Israël, et oui je défends le concept même de la terre promise. Cependant, je ne cautionne en rien les activités des gouvernements libéraux qui font l’apologie de la guerre et de la haine. Je suis extrêmement déçu de voir un tel Peuple tomber dans l’extrémisme par peur. Alors que la peur est une des valeurs que les Juifs sont les seuls à ne pas prôner dans leur religion… Peut-être qu’Israël est attaqué par de nombreux terroristes, mais il faut peut-être aussi prendre du recul et voir d’où cette haine antisioniste (de second ordre, mais une haine qui devient de plus en plus antisémite, je le concède) vient. Il serait peut-être temps que le Peuple juif prenne son destin en main, que les israéliens se soulèvent pour montrer que leur volonté n’est pas la guerre mais la paix et la reconnaissance de leur pays dans le monde entier. Et je pense sincèrement que la guerre et la provocation n’aideront en rien les manœuvres de paix au Proche-Orient.

Le Morse.

L’antisémitisme n’est pas mort !

Poster un commentaire

Classé dans Histoire, Israël, Politique, Religion, Société

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s